logo

Mis à jour le 2 janvier 2019

 

 

Saison 2018-2019
-:-:-:-:-:-
Thème de l'année

L’hypothèse de l'inconscient et la façon de la rendre opérante dans l'expérience ... suite

Considérer le symptôme n’est pas dans l’air du temps. Le mécanicisme neuro-scientiste, idéologie actuellement dominante, préfère répertorier des troubles et les éradiquer, si possible en vitesse, du moins est-ce ce qui est annoncé et promis. Cette idéologie, soutenue par les autorités et souvent partagée par les patients (qui n’en souffrent pas moins pour autant) engendre certaines difficultés spécifiques pour celles et ceux dont l’exercice est orienté par la psychanalyse, analystes proprement dits et praticiens se référant à l’invention freudienne.


La première de ces difficultés réside dans l’instauration d’un transfert spécifiquement analytique, pariant sur le savoir à venir dans la parole plutôt que sur celui, toujours déjà là, de l’expert à qui on s’en remet. La deuxième réside dans la façon de rendre opérante la parole dans l’expérience.


Freud traitait déjà de ces questions dans ses textes dits « techniques ». Elles prennent aujourd’hui une apparence nouvelle. Mais dès lors qu’un transfert analysant est instauré n’est-ce pas toujours la division du sujet qui se fait entendre, si du moins une place peut lui être faite ?


Nous poursuivons cette année le travail entrepris durant la saison 2017-2018 en envisageant la manière, à chaque fois singulière, dont s’institue l’inconscient dans la pratique, et en questionnant les conditions de l’acte analytique dans l’expérience.